Trois mois en Turquie : le best of

Posted on 22 mai 2011

1



Me voilà bel et bien rentré de Turquie. Que garder de ces trois mois passés à Istanbul ?

Sur le plan personnel, d’abord, je dois bien admettre que j’ai été enthousiasmé par la vie à Istanbul. L’atmosphère de mon quartier de la rive asiatique, Kadiköy, les déjeuners entre stagiaires, les sorties nocturnes qui n’en finissent pas, les traversées du Bosphore en vapur, le rituel du thé, les virées à Edirne et en Cappadoce, de belles rencontres… Rien n’est à jeter, et j’espère approfondir ma connaissance de la ville et du pays dans le futur.

Et sur un plan plus « journalistique » ? J’ai effectué à Istanbul mon stage de fin d ‘études, pour le mensuel Aujourd’hui la Turquie, avec pas mal d’interviews, analyses et enquêtes à la clé. J’ai aussi pu publier ici et là des billets et reportages. Voici une petite sélection en photos et liens, qui racontent en pointillés des visages d’Istanbul et de la Turquie. Au menu : politique, société, culture, gastronomie… Bonne lecture !

Enquête : le service militaire

Mannequin dans un magasin militaire de Kadiköy, Istanbul

Les jeunes turcs qui refusent d’entrer dans l’armée pour des raisons morales doivent ruser. C’est le cas d’Ahmet. Il sollicite régulièrement un ami psychiatre qui lui fourni  des antidépresseurs sur ordonnances, qu’il n’avale pas. Ahmet déteste aller aux visites médicales de l’armé et «se comporter comme un fou, au milieu de tous ces types qui ont de vrais problèmes mentaux ». [à lire sur Café Babel]

Gastronomie : reportage dans la cuisine de Gülsen

Gülsen dans la cuisine de son restaurant, "Mola"

« Avant on trouvait ici des hamburgers, mais j’ai voulu retourner à une cuisine traditionnelle . J’ai appris à cuisiner dans ma famille, à Giresun, sur la côte sud-est de la mer Noire. Après des études de tourisme, j’ai commencé à cuisiner dans des hôtels d’Ankara. Mais j’en avais marre de cette cuisine moderne, standardisée, où on utilise une sauce toute prête qui uniformise les goûts ». [à lire dans Aujourd’hui la Turquie]

Rencontre : Mario Levi, écrivain stambouliote

Dans le quartier de Beyoglu, sur la rive européenne d'Istanbul

« Cette ville est avant tout la ville des migrations. Celle des gens qui ont immigré et émigré. Le changement a été continu à travers les âges. Paradoxalement, c’est pour cela que je me sens chez moi ici. Toutes ces histoires léguées… Elles ne finiront jamais. Ce n’est pas facile de vivre avec le passé, mais j’ai de la chance car cela m’inspire. Ecrire dans une ville sans problèmes, sans histoires, ce serait difficile.  [à lire sur Aujourd’hui la Turquie]

Débat : la Turquie, source d’inspiration pour le monde arabe ?

Le printemps à Goreme, en Cappadoce

« L’argument majeur de ceux qui parlent d’un « modèle turc » est la combinaison réussie de l’islam et de la démocratie. Mais il y a une vérité qui dérange : cette combinaison a été possible en Turquie grâce à une laïcité radicale. Ce n’est pas par hasard que la Turquie est le seul pays musulman ou un islam modéré est au pouvoir » (la journaliste Nuray Mert) [à lire dans Aujourd’hui la Turquie]

Diplomatie : Nicolas Sarkozy à Ankara, une visite sous tension

Le fleuve Evros, frontière entre la Turquie et l'Union européenne

« Je ne prends pas au sérieux les déclarations du président Sarkozy. Elles sont le fruit d’une vision très superficielle, quand on sait que l’aspiration turque à intégrer l’Europe existe depuis trente ans. Nicolas Sarkozy a des intérêts électoraux, il fait preuve d’un populisme assez banal. Ce qu’il dit, il ne peut pas le dire au nom de l’UE, car d’autres pays travaillent dans le sens de l’adhésion » ( Ferai Tinç, journaliste à Hürriyet) [à lire sur ALT] [les coulisses mouvementées de la visite, billet paru sur ce blog]

Culture : quand la fierté turque fait polémique

La mosquée Selimiye à Edirne

Au-delà des mœurs conservatrices d’une grande partie de la société turque, « c’est bien parce que l’imaginaire national est attaqué que les Turcs sont choqués », reconnaît une téléspectatrice, blasée par la polémique. Dans une Turquie qui s’affirme toujours plus comme une puissance économique et diplomatique, on ne plaisante pas avec la fierté nationale. [billet sur ce blog]

Rencontre : l’écrivain Tahsin Yücel parle de francophonie

Boutique à Uskudar

« Ma petite fille âgée de dix ans est en cinquième, elle apprend le français en plus de l’anglais. On peut dire sans exagérer que le français tient toujours sa place dans la société turque. Du moins en tant que littérature, il est toujours présent. Aujourd’hui encore, on traduit en turc plus de littérature française qu’américaine ». [à lire dans Aujourd’hui la Turquie]

Crédits photos : Benoît Berthelot.

Publicités
Posted in: Reportages, Turquie